le-lycee-henri-poincare 456591C’était à Nancy ;  le Lycée.
C’était l’automne à la Pépinière de Nancy.
C’était un restaurant « le Mirabelle ».
C’était le p’tit noir (sans connotation raciste) au café de la Paix.
C’était plein  de choses à 18 ans.

Je me suis offert cet anniversaire du 22 octobre 1984. Au retour de mon pèlerinage, j’ai engagé une discussion générale entre ces deux dates identiques mais d’années différentes, au sein de mon foyer.

Les thèmes abordés étaient les lieux, les comportements tant des professionnels que des gens.

S’agissant du Lycée à Nancy, Mr Poincaré Henri est toujours là, solide bastion de l’Education Nationale Française. Aujourd’hui j’eusse préféré qu’il fût le Panthéon de l’Education Européenne. Il en a le panache, tant par les Profs que par les élèves.
A mon avis, le pouvoir politique ne suit pas cette invention qu’est l’Europe  ou bien alors à reculons .
-          « Henri tes résultats sont font attendre ! mais au fait dis moi à qui profite cette stagnation ou ce recul permanent de l’Education Nationale ? »

L’automne à la Pépinière c’est magique, les feuilles changent de couleur, la nature rentre sa sève dans le giron de la terre nourricière et  protectrice  pour se reposer 3 mois durant l’hiver (A ce propos pourquoi pas 3 mois de vacances pour les humains ? Ces syndicats toujours à la traîne ! ). Des arbres ont disparus par l’attaque d’un méchant vent en 1999. Cependant les robustes arbres séculaires sont toujours là et ils en ont gardé des traces.

bistro HéréLe restaurant « le Mirabelle » quand à lui à changé de nom : « Bistrot Héré » Il est sur mon chemin de pèlerinage  alors autant en profiter pour y déjeuner et voir ce que c’est devenu aujourd’hui.
La fonction du lieu n’a pas changé .Je rentre, le décor est différent :  les couleurs pastels des murs ont disparu pour laisser place à ce qui n’est pas de la couleur le « blanc » pardon celui –ci est projeté de couleur d’or !! Les chaises sont chacune de couleur primaire (cela met un peu de gaieté ! ( Bon je ne viens pas dans un jardin d’enfants pour y faire un pik - nik non plus !)
Ma réservation étant faite, je m’annonce et le garçon de salle m’invite à choisir une table  (du formica améliorer selon des normes Européennes. Tiens ! Henri, voilà un argument pour ton Lycée les Normes dans ton pays dépendent de l’Europe ! ).
Passons à table ! Où sont la nappe blanche, la sous nappe, la serviette blanche pliée avec l’amour du recevoir et posée sur l’assiette, les couverts ont-t-ils disparus depuis 30 ans ? (Devrais-je manger avec mes doigts – ça ne me générait pas mais quand même nous somme en 2014 !) je m'aperçois également que la récession fait son office dans ce restaurant il n’y a qu’un seul verre sur la table (je me suis arrangé pour en avoir plusieurs par la suite !!! et c’était plutôt bien !) .
Bref aujourd’hui, question qualité prix service je suis à côté de la plaque ou alors je suis le fameux Pigeon et on connaît la suite comme dans la chanson de Bénabar.
Dans tous les cas, lecteurs et lectrices, ce restaurant « le Mirabelle » dans lequel une personne de salle vous réceptionnait en comprenant que vous étiez un client à la recherche d’un moment de plaisir de vie et de mets différents de votre  logis. Cela je ne l’ai pas trouver dans mon lieu historique et mythique qui avait changé de nom.
-          « mon pauvre Emmanuel ont t’auras tous fait !!! Un bistrot, toi l’architecte de la plus place du monde ! »

cafe-de-la-paixLe chocolat est le met des amoureux. Et bien oui, c’est ce qui se dit ! En tous les cas pas au café de la Paix. Endroit culte où de mauvais élèves comme moi prenaient un p’tit noir.
En effet, j’ai commandé un chocolat et là je me suis rendu compte que l’on ne m’avait pas appris à boire le chocolat nouvelle génération ! Et ce, à juste titre. Il y avait autant de chocolat dans la soucoupe que dans la tasse. J’interpelle le serveur non pas pour me laisser dire comment je devais boire mon chocolat dans ces deux réceptacles mais plutôt pour lui demander d’être servi correctement moyennant financeance. C’est tout juste s’il ne s’est pas senti insulté par ma réclamation.
Il y a trente ans pourquoi tant de gens amoureux de leur métier se donnaient-il tant de mal pour respecter leur client. Aujourd’hui plus que tout, on se fout de tout sauf de soi ! Et encore ! Je me demande si l’on se respecte sois même tellement l’oppression mercantile et législative nous met dans état végétatif entretenu par des  médias au pouvoir de vaudous.
 
Il y a 100 ans de 1914 à 1918 des millions  d’êtres humains ont été empêchés de vivre leur vie sous prétexte que les valeurs de la  Nation valait plus que leur vie. Qu'est-il aujourd’hui de notre Nation, de l’Europe du Monde et du p’tit péquins comme moi ?

En ce qui concerne le p’tit péquins il considère comme essentiel l’importance du respect qu’il faut donner à la Nature.
Celle-ci suit le rythme des saisons sans heurts et avec toute la complicité de la Vie au grand sens général du terme.
 

Pour le reste débrouillez-vous ! 
 
NOTRE SAULNOIS D’EDEN !
 
Avant de poursuivre sur la trêve des fêtes de fin d’années juste un mot sur les appareils, « les grand machins » administratifs de notre petite campagne du Saulnois.

Nos élus profitent sans compter des outils administratifs pour préparer l’avenir de notre joli territoire agricole en jardin d’Eden tout en développant des potentiels d’embauches dans d'hypothétiques créations d’activités financées en grande une partie par des subventions et différents fonds publics.  

A titre d’exemple , une étude de marché sur les circuit court de distribution  ( c’est à la mode !) a été commandité par la Communauté de Commune du Saulnois . Le montant de cette étude s’élève à environ près de 60 000 € !!! .
Je souhaite sincèrement que les résultats de cette étude nous apportent de nouvelles informations. C'est-à-dire des données qui ne sont pas connues par d’autres études déjà effectuées par des chambres d’agriculture, de commerce  et autre instutions corporatistes. J’en doute !
 

Bon, fait est de constater que nos élus s’inquiètent du devenir de l’activité économique  de notre secteur.... à coups de fond publics !!!
 
Les fêtes  approchent, j’applique une trêve de fin d’année et je me laisse croire que « tous le monde il est beau, tous le monde il est gentil ».  (film de Mr Jean YANNE à voir ou à revoir!)

Joyeux Noël et bonne année !

0
0
0
s2sdefault